AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Ven 8 Mai - 14:43



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Depuis notre petit incident au centre commercial - où nous nous étions retrouvés enfermés dans un ascenseur à cause d'une panne générale - nous avions pu reprendre une relation quasi normale Ezra et moi. Je n'avais plus besoin de l'éviter, les choses étaient claires ou pas et on s'était revus quelques fois depuis, pour aller boire un verre ou se balader entre autre. J'avais finalement l'impression que chaque chose retournait à sa place qu'ici à Tree Hill j'étais en train de trouver un équilibre pour me ressourcer. Bien sur, comme prévu, il y avait eu quelques rumeurs à force de me voir en compagnie d'Ezra, dont certaines assez violente allant jusqu'à prédire quand il me tuerait. Respirer, garder son calme, la technique d'Ezra ne marchait pas sur moi et quand j'entendais qu'on parlait en mal de mon "ami" - on y croit - j'avais tendance à sortir les griffes et à envoyer une ou deux remarques cinglantes.
ça ne changeait rien pour moi, j'appréciais Ezra plus que de raison et je ne comptais pas me détourner de lui juste parce que certains s'ennuyaient trop dans leur vie pour passer leur temps à critiquer. Mais entre Ezra et moi, dans cette fameuse cabine d'ascenseur et juste avant d'en sortir, quelque chose d'ambigu s'était passé. Si la lumière n'était pas revenue si l'ascenseur n'avait pas repris sa descente alors on avait conscience l'un comme l'autre de ce qui aurait pu se passer. Il m'aurait embrassé et je l'aurais laissé faire, je le savais. J'étais littéralement paumée, je ne voulais pas jouer avec lui mais même si je m'appliquais à me voiler la face, il était temps d'affronter les choses : j'étais surement en train de tomber amoureuse d'Ezra. Quant au baiser potentiel, nous n'en avions jamais parlé, nous n'y avions jamais fais allusion tout en sachant qu'il aurait pu arriver. C'était là sans être là.
Mais forcément, après lui avoir dis vouloir être seulement amis, je ne venais pas le voir à la fermeture de sa boutique pour lui dévoiler mes sentiments en une grande déclaration. En réalité, j'avais reçu une proposition aussi intéressante que palpitante pour un reportage de plusieurs semaines en Syrie. C'est un journaliste que je considérais comme l'un de mes mentors qui avait une place supplémentaire dans son reportage et qui me proposait de le rejoindre. Il avait déjà une jeune journaliste qui lui rappelait l'étudiante que j'avais été et il trouvait intéressante l'idée de me voir à leur côtés. J'avais envie de dire oui mais j'avais demandé un petit délai de réflexion. Je ne devais rien à Ezra, et il ne me devait rien, mais j'avais besoin de demander son avis...

« Salut beau gosse! ça va? » J'étais arrivée avec mon grand sourire alors qu'il commençait à rentrer les bacs à fleurs exposé en terrasse. « Un coup de main? » Je ne rechignais pas à la tâche et décidais de lui prêter main forte. Il refermais derrière nous une fois que tout était rentré et bien sur, cela créerai encore plus d'histoire chez les pauvre gens qui ne croyaient pas en l'innocence d'Ezra. Mais je m'en fichais littéralement. Je me hissais sur le comptoir pour m'assoir et l'observais aller et venir dans sa boutique pour les dernières tâche de fermeture. « Quelles sont les fleurs préférées du fleuriste?  » C'était une question que je me posais depuis que je savais qu'il tenait cette boutique. On demande toujours à la cliente ce qu'elle préfère mais le fleuriste lui, il aimait bien quoi? Quelles étaient les fleurs préférées d'Ezra? « A Paris, il y a un fleuriste qui te demandais de parler de la personne à qui tu voulais offrir un bouquet et il choisissait les fleurs en fonction de ce que tu lui racontais. Je trouvais ça mignon. » L'observant avec un petit sourire avant de balayer toutes les étals de fleur, j'avais bien envie qu'il me fasse la même chose - le bouquet, pas me balayer des yeux patates. « Si j'étais un bouquet, tu mettrais quelles fleurs? » Je le regardais avec un petit sourire de défi et malicieux à la fois.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Sam 9 Mai - 5:19

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Accro. Je crois que c'est le mot qui me définit le mieux depuis quelques temps. Depuis que j'ai failli céder à la tentation, dans cet ascenseur. Il s'en était fallu de peu... Mais l'électricité était revenue après de nombreuses parties d'hippos gloutons. J'avais eu pour réflexe de ramasser le jeu et de partir de mon côté, puis nous n'avions jamais reparlé de ce qui c'était passé. Ou plutôt de ce qui avait failli se passer. Pourtant, j'en mourrais d'envie, mais Quinn avait été claire, elle voulait garder ses distances avec les hommes et je respectait cela, malgré que la tentation avait été plus que forte. Depuis cet incident, nous nous étions revus à quelques reprises, et même si c'était difficile, j'avais plus ou moins réussit à refouler mes sentiments naissants. Je parvenait, sans trop de difficulté, à passer du temps de qualité avec la journaliste, sans avoir l'envie de lui sauter dessus à tout moment. Ce qui était un gros pas en avant. En même temps, je n'avais pas tellement de mérite... Oui, Quinn me plaisait beaucoup, mais je n'avais eu qu'une femme dans ma vie et j'étais loin d'être prêt à passer officiellement à une autre étape de ma vie. Je savais pourtant qu'Elisabeth voudrait me voir heureux, du haut de son nuage, et je ne fermais pas la porte à l'amour mais, il y avait un mais...

C'était la fin de journée. Je m'apprêtai à fermer boutique, lorsqu'une voix féminine retentit à mes oreilles. Nous ne nous connaissions pas depuis tellement longtemps, mais au doux son de sa voix, je savais très bien que c'était Mlle James. Un sourire fendue jusqu'aux oreilles, je m'approchai d'elle pour déposer un léger baiser sur sa joue. C'était devenue une habitude. "Salut toi." Je ne lui demandais pas comment ça allait, son sourire disait déjà tout. Du moins, c'était ce que je croyais. Elle me proposa de m'aider à rentrer les bacs à l'intérieur et je ne pus qu'accepter. "Merci. Un peu d'aide ne sera jamais de refus." Nous poursuivîmes donc les travaux de fermeture, alors que la belle s'intéressait à mes fleurs favorites. C'était le genre de questions que je posais à mes clients, mais jamais personne ne me l'avais adressée. Je réfléchit quelques instants, tout en continuant de rentrer les bacs à l'intérieur. Honnêtement, je n'y avais jamais songé... "Pour être franc, je les aimes toutes. Chaque fleur à un petit quelque chose de spécial à mes yeux. Mais Elisabeth adorait les Orchidées. De toutes les couleurs." Nostalgie, quand tu nous tiens...

Faire parler son client, c'était LA méthode pour arriver à cerner la destinatrice du bouquet. Ce n'était pas une technique infaillible, mais disons que cela aidait beaucoup. Puis je fus pris de cours, alors que Quinn se demandait quelles types de fleurs je choisirais pour un bouquet qui lui serait destiné. Je n'eus pas à réfléchir bien longtemps, puisque c'était une question que je m'étais moi-même posée dans les derniers jours. "Je mettrai un lys blanc, pour commencer, qui se situerai au milieu du bouquet." Le lys évoquait la douceur et la pureté, il était donc impératif qu'il soit le centre. Puis je m'approchai et déposai mes mains sur le comptoir, de chaque côté des cuisses de la jeune femme. "Tout autour, il y aurait une jonquille, une fleur de grenadier, de la verveine, blanche et écarlate." Oh oui, il serait bien coloré ce bouquet. "Et pour terminer, une fleur de renoncule et une tulipe diaprée." C'était, à mon avis, les fleurs qui désignaient le mieux la jolie brunette, de par leur caractéristiques. J'aurais pu ajouté une fleur de zinnia, mais cela aurait été inapproprié, vu notre gage d'amitié. "Satisfaite de mes choix, Mademoiselle?"

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Sam 9 Mai - 5:47



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Ezra était devenu un point de repère pour moi. C'était la personne avec laquelle j'avais passé le plus de temps depuis mon retour. Haley, Nathan et leurs enfants à part, mais c'était ma famille donc ce n'était pas pareil. Si je passais au détecteur de mensonge, je serai bien obligée de reconnaître que ce n'était pas simplement une amitié naissante entre nous. En tout cas de mon côté. J'avais beau avoir tenu un discours de "je veux qu'on reste amis, j'ai besoin de rester loin des hommes", Ezra mettait à mal cette promesse que je m'étais faite à chaque fois que je me retrouvais en sa présence. Et à chaque fois, je comprenais pourquoi je l'avais embrassé ce soir là. C'était irraisonné c'était indescriptible mais si je devais arrêter de le voir du jour au lendemain, je n'étais pas sure de le supporter. Mais vous comprenez, j'étais une grosse trouillarde.
J'avais encore appris quelque chose sur lui aujourd'hui. Il aimait les orchidées, probablement en hommage à sa femme et je trouvais ça touchant. Il l'évoquait de temps en temps dans la conversation et ça ne me dérangeait pas. Il avait aimé, il avait souffert de sa perte. Même si j'étais en train de devenir littéralement accroc à lui sans le montrer ou l'exprimer, si un jour ça devait être réciproque, je ne me sentirai pas en compétition avec son passé. Mais de toute façon, la question ne se posait même pas. Assise sur son comptoir, je dominais la petite boutique et je le laissais terminer avant qu'il ne s'approche de moi pour répondre à ma seconde question.
« Je mettrai un lys blanc, pour commencer, qui se situerai au milieu du bouquet. Tout autour, il y aurait une jonquille, une fleur de grenadier, de la verveine, blanche et écarlate. Et pour terminer, une fleur de renoncule et une tulipe diaprée» Je l'écoutais attentivement en me mordillant la lèvre inférieure, concentrée. Je voulais tout retenir, car ne connaissant rien aux fleurs, j'ignorais leur signification. Je voulais être en mesure d'aller chercher les informations ce soir sur Internet. Mais j'avais de plus en plus de mal à me concentrer car monsieur s'était approché, se plaçant juste devant moi avec ses mains de chaque côté de mes cuisses. Nous n'étions pas collés bien sur, mais ça créait une proximité qui me troublait. « Satisfaite de mes choix, Mademoiselle? »
Je posais mes mains sur ses épaules, ce qui me permettait de vérifier qu'il était encore assez loin pour que j'évite de me retrouver tentée par ses lèvres. « Je ne connais rien aux fleurs, je ne sais pas quelles signification ont celles que tu m'a cité. A part le lys, pour sa pureté... Mais je suis sure que venant de toi, c'est forcément un joli bouquet. » Je souriais amusée avant de me rapprocher sur le comptoir, de glisser doucement contre lui, laissant glisser aussi mes mains sur son torse et de me dérober au dernier moment. Pas fair-play? Pas du tout, je le reconnais, mais c'est lui qui avait commencé à se rapprocher dangereusement. « Tu peux me dire alors pour les autres fleurs du bouquet ? » Je faisais un tour de la boutique en respirant parfois le parfum des fleurs. J'aimais bien me trouver là, ça donnait l'impression d'être dans un jardin et un cocon à la fois. « La prochaine fois je me renseigne, et je te créerai aussi un bouquet... » Comme ça on serait quittes.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Sam 9 Mai - 19:37

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Je n'avais pas cherché à la provoquée. Aucunement. Mais il semblait que Quinn l'ait interprété ainsi, lorsque je m'étais rapproché d'elle, posant mes mains sur le comptoir. J'avais pourtant laissé une distante raisonnable à mes yeux. Une distance pour ne pas faire renaître ma tentation. Et j'avoue avoir été très déstabilisé quand elle se laissa glisser contre moi. Une bouffée de chaleur m'avait envahi et je dus lutté contre moi-même pour ne pas l'attraper par les hanches et l'a garder le plus près de moi possible, car si je l'avais fait, la suite aurait été plus qu'imaginable. Puis, cruellement, elle se retirera, tout juste au moment où j'allais céder. La regardant s'éloigner dans la boutique, je fermai les yeux en serrant les poings. Il s'en était fallu de si peu... Mais si elle voulait jouer au plus malin, alors nous allions jouer à deux. Je l'observais renifler l'odeur des fleurs et m'avançai tranquillement en la suivant, de pas trop près. Elle voulais que je lui explique la significations des autres fleurs du bouquet, mais si je le faisais ce serait bien trop facile. "Non, en fait, je préfère te laisser faire tes propres recherches." Ce ne serait pas du jeu sinon.

De nouveau, je me laissai prendre par mon imagination. Je me voyais la rejoindre, prendre son poignet doucement afin de la tirer vers moi. Je m'imaginais poser une main dans son dos, au niveau de ses reins, la seconde derrière sa tête, caressant sa longue chevelure, alors que mes lèvres iraient embrassé doucement le creux de son cou. Je sentais, une fois de plus mon coeur battre la chamade, mais hélas, je savais que ce scénario resterait à sa place, c'est à dire au plus profond de mes pensées. A la place de m'exécuter, je m'emparai d'une fleur de cognassier et je m'approchai de Quinn, la faisant s'arrêter. Je glissai la tige de la fleur dans une mèche de cheveux, puis je souris. "Celle-ci désigne la tentation." Puis je la laissai en plan, retournant à mes bacs. Il me restait encore quelques petites bricoles à terminer avant de pouvoir quitter mon commerce. La brunette se renseignerait et me ferait un bouquet à son tour. C'était charmant. Rares étaient les fois où c'était un homme qui recevaient des fleurs. Toujours à l'homme de jouer la carte de la galanterie. "Eh bien, tu attise ma curiosité maintenant. J'ai bien hâte de voir comment tu me perçois."

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Sam 9 Mai - 20:00



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Ezra ne voulait pas me parler des fleurs et de leur signification. Je me les remémorai une fois de plus en silence dans ma tête et comme il l'avait dit, j'allais faire mes propres recherches. J'avais hâte de savoir comment il me percevait, mais j'allais devoir patienter avant de le découvrir. Il gardait ses distances jusqu'à ce qu'il choisisse une fleur et se rapproche assez pour la glisser dans mes cheveux. Assez proche de lui, je levais les yeux vers lui et découvrait la signification de la fleur. Je laissais échapper un sourire amusé avant de le regarder s'éloigner. Je ne sais plus si notre mascarade d'amitié tenait le coup, je crois qu'on avait basculé dans une autre forme de relation. Est-ce qu'on était en train de se tourner autour clairement et surement? Je le crois. Mais ce n'était pas pour me déplaire.

« Eh bien, tu attise ma curiosité maintenant. J'ai bien hâte de voir comment tu me perçois. » Continuant sur ma lancée, je saisissais l'occasion de glisser un sous entendu. « S'il n'y a que ta curiosité que j'attire... » Mais j'espérais attises aussi son désir, soyons honnête. Et avec la fleur de "tentation" dans mes cheveux, je me disais que je devais quand même être sur la bonne voie. « Tu verras le moment venu...  » Et comme je ne venais pas pour lui tourner autour à la base, je repensais à ce qui m'emmenait ici et décidait d'aborder le sujet.« Mais ça devra peut être attendre... En fait c'est aussi pour ça que je venais te voir, j'avais envie d'avoir ton avis...  » Beaucoup de mystère jusque là et pendant qu'il était derrière son comptoir en train de s'occuper de certains papier à présent, je me retrouvais en face de lui. Bizarrement, ce comptoir entre nous me faisait penser au reportage dont j'allais lui parler.

« Un de mes anciens prof de journalisme par en reportage en Syrie. Il m'a proposé de me greffer à lui et une jeune journaliste qui va faire ses premiers pas en milieu hostile... ça serait pour 10 semaines... » J'attendais la réaction d'Ezra. Je ne sais pas trop ce que j'espérais. De la déception de me voir potentiellement partir, peut être. Un avis positif qui m'encouragerait à suivre ma passion et à partir. Je ne savais pas trop. Je ne savais même pas pourquoi je voulais absolument son avis alors que d'habitude je prend mes décisions toute seule comme une grande. En réalité, je savais bien pourquoi j'étais là à lui demander son avis, mais je n'allais surement pas le reconnaître.« Le fait est que je pensais vouloir me poser ici, mais je crois que je fuyais le souvenir des derniers reportages avec Tom. C'est dangereux, j'en ai conscience mais c'est le genre de reportage que j'ai toujours voulu faire... » Et je crois que tout le monde savait combien je tenais au journalisme. « D'un autre côté; je me sens bien ici. Je suis ravie d'avoir retrouvé ma famille, mes amis. Et j'ai même des rencontres en plus qui me donnent envie de rester...  » Et bien évidemment je parlais de lui. J'avais esquissé un sourire avant de reprendre un air hésitant. « Je ne sais pas si je dois accepter... » Je haussais les épaules avant d'ajouter une touche d'humour mais pas si second degré que ça « Si en plus pendant mon absence tu te fais une autre amie, je risque de le regretter... » Le "amie' dans ma phrase avait été légèrement plus appuyé que le reste de la phrase et je désignais par ce mot l'état de notre relation telle qu'elle était maintenant. C'est à dire nous, à deux doigts de se sauter dessus tout en restant sages xD.




© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 0:18

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Non, il n'y avait pas que ma curiosité qui était attisée. Chaque pas que faisait Quinn pour me provoquer approfondissait le désir en moi. Je savais que ce n'était pas bien. Que je ne devais pas me laissé déconcerté. À dire vrai, j'étais confus par ses agissements. Elle clamait depuis des semaines préférer une amitié à toute autre forme de relation, mais ce n'était plus l'impression qu'elle me laissait. Je ne dis rien de plus, car cela se transformerait en un jeu de chasse interminable et je finirais par succomber. Il n'était pas question de gagner ou de perdre, car si j'agissais ainsi avec la jeune femme, c'était parce qu'elle me plaisait énormément, sauf que j'avais l'impression que pour elle, ce n'était que pour s'amuser. Je ne devais pas faire d'erreur, je ne souhaitais pas faire un faux pas et briser l'amitié que nous avions construite au fil des semaines. Pour ce qui était du bouquet qui me serait destiné, je verrais en temps et lieu, il n'y avait aucun autre choix. Rapidement, la journaliste changea de sujet, elle disait avoir besoin de mon avis et ma curiosité pris le dessus. Je fronçai les sourcils. "Mon avis? À propos de quoi donc?" Je ne considérais pas que nous soyons assez près l'un de l'autre, pour qu'elle ait besoin de moi sur une question importante pour elle, mais j'étais flatté. Très flatté. Cela voulait dire que j'avais une certaine importance à ses yeux, et ce n'était pas pour me déplaire.

La belle avait été choisie pour partir en reportage. En Syrie cette fois. Cela signifiait donc que, si elle acceptait, elle devrait partir plusieurs semaines de l'autre côté de l'océan... "Oh... je vois." Je sentis une petite déception m'envahir. J'étais partagé entre lui dire d'y aller, que c'était sa passion, que c'était sa place. Qu'elle ne devait surtout pas laisser passer cette chance. De l'autre côté, j'avais terriblement envie qu'elle reste ici, à Tree Hill. Elle rêvait d'y aller, je le savais bien, et elle me le confirma. Ça aurait été purement égoïste de lui demander de ne pas partir, mais même si cela me fendait le coeur, je savais exactement ce que je devais dire. "Tu devrais accepter. En fait, non. Tu DOIS y aller. Quinn, tu viens de dire que c'est exactement le genre de reportage dont tu as toujours rêver." J'avais terminé ma paperasse et j'étais retourné auprès de la belle, posant mes mains sur ses épaules."Si tu n'y vas pas, tu vas le regretter." Je la regardai droit dans les yeux. Son regard si clair, si profond, qui me charmait à toute les fois que je posai les yeux dessus. Reprends-toi, Ezra, ce n'est pas le moment de craquer. Et voilà, c'était la phrase de trop. J'approchai mes lèvres de son oreilles et chuchotai: "Je croyais que tu voulais garder une distance avec tous les hommes." Je me reculai une nouvelle fois et vint posé juste un baiser sur le coin de sa bouche, pour la tester. J'avais besoin d'être certain que j'avais bien interprété sa phrase et que je n'étais pas en train de me faire de fausses idées. "J'ai terminé ce que j'avais à faire ici. As-tu envie d'aller quelque part d'autre?" Je ne voulais absolument rien insinuer, je parlais simplement d'aller dans un endroit pour discuter de ce reportage et de ce à quoi je devais m'attendre. J'éteignis la lumière, quittant la boutique et refermant derrière Quinn. J'abaissai aussi le grillage qui servait de surplus de sécurité.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 0:45



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



J'avais cru déceler un soupçon de déception dans sa réaction et ça m'avait réchauffé le coeur. Je n'avais jamais regretté ma décision de rester loin des hommes mais Ezra était venu bouleverser tous mes plans. Je n'avais pas envie de rester loin de lui et j'étais surement difficile à suivre pour lui mais je n'étais pas prête ou je n'osais pas lui dire ce que je ressentais. Et du coup, le reportage était peut être une bonne chose. Il incorporerait un peu de distance entre nous et si à mon retour je ressentais toujours la même chose, alors j'allais prendre mon courage à deux mains. Et tant pis si ça n'était pas réciproque. Même si j'avais quelques doutes au sujet de potentiels sentiments de sa part pour moi.
« Tu devrais accepter. En fait, non. Tu DOIS y aller. Quinn, tu viens de dire que c'est exactement le genre de reportage dont tu as toujours rêver. »Il avait quitté le comptoir pour se rapprocher alors qu'il venait de me donner son avis. Il m'encourageait à partir et j'étais quelque part, contente qu'il me soutienne. « Si tu n'y vas pas, tu vas le regretter. » Je savais qu'il avait raison. J'en étais persuadée, à cet instant précis, je devais partir. ça ne ferait sans doute pas de mal.
« Je croyais que tu voulais garder une distance avec tous les hommes. » Il me mettait en face de mes contradictions alors que sa voix chaude dans mon oreille avait failli me faire vaciller. C'était juste dingue l'effet qu'il pouvait avoir sur moi et je me retrouvais à lutter encore et encore. Mais il m'achevait avec un baiser, juste au coin de mes lèvres et pendant quelques secondes j'avais oublier comment respirer. J'étais en train de me liquéfier juste devant lui et j'avais levé les yeux vers lui prête à craquer. « Peut être que je suis en train de changer d'avis... Avec le temps... » Avec le temps rien du tout, c'était surtout avec lui que je changeais d'avis. Mais avant même que je ne puisse réagir, il reprenait la conversation comme si de rien n'était. Il était fort, très fort à ce petit jeu et alors qu'il reculait, je me sentais capable de respirer à nouveau.

« J'ai terminé ce que j'avais à faire ici. As-tu envie d'aller quelque part d'autre? » Je finissais par reprendre mes esprits et j'étais sure qu'Ezra avait remarqué mon trouble. Il devait être content de lui, il réussissait parfaitement à me trouver. « J'avais rien de précis en tête... Mais si tu n'as pas peur de mourir intoxiqué, je te propose de venir manger un morceau chez moi. C'est vrai! Je t'ai jamais fais voir mon repaire secret de super héros... » J'étais repartie avec l'humour. Je le laissais fermer derrière nous et quelques personnes sur le trottoir d'en face nous avaient jeté un regard qui en disait long, mais je m'en fichais. « On peut aussi prendre des pizzas sur la route, ça serait plus sûr et se les dévorer sur la terrasse ou autour de la piscine. Je te proposerai bien de passer chez toi aussi prendre ton maillot de bain mais après tu vas croire que je t'attire chez moi juste pour te voir à moitié nu... Ce qui n'est absolument pas mon genre. Je ne suis pas du tout intéressée. » Et je feignais tout ça avec un regard vers le ciel comme pour dire que c'était vraiment pas mon genre. Mais entre nous, le voir torse nu ne m'aurait pas forcément dérangée xD. Pour le moment, j'avais besoin qu'on en reste au stade de se chercher, j'avais besoin de prendre le temps avant de plonger tête la première dans une histoire. J'espérais juste qu'Ezra accepterait de faire avec mon caractère compliqué et instable en attendant.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 2:27

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Peut-être était-elle en train de changer d'idée. Peut-être pas non plus. Il me semblait bien que la brunette commençait à jouer avec moi et cela lui plaisait bien, de me faire tourner la tête. Je n'avais jamais été confronté à ce genre de situation. J'avais rencontré Elisabeth à l'époque du Lycée, nous étions jeunes, mais nous étions fous amoureux l'un de l'autre. Insouciants, on ne s'était posé aucune question. On se plaisait, alors on avait foncé, malgré le désaccord de nos parents respectifs. Je venais d'un milieu aisé, alors forcément, pour les beaux-parents, je n'étais qu'un gosse de riches et j'allais finir par lui briser le coeur. Les Marshall était une famille d'un milieu très modeste, et mes parents espérait plutôt que je tomberais amoureux d'une jeune femme de la même classe économique que nous. Malgré cela, nous étions restés unis. Nous avions tourné le dos à nos parents, nous débrouillant par nos propres moyens. Nous n'avions pas survécut avec beaucoup d'argent, les premières années, mais j'avais bosser fort pour que notre famille soit bien. Pour que notre mariage tienne le coup. Pour qu'Emily ne manque jamais de rien. Nous avions repris le dessus sur la vie...

Alors, ce petit jeu du chat et de la souris, je n'y étais pas habitué, mais je n'en faisais pas de cas. Après qu'elle m'ait raconté son histoire avec le français, je comprenais parfaitement qu'elle ne se laisse pas complètement aller et si c'était nécessaire, je patienterais. Je ne dis pas que ce serait une tâche facile, mais j'y arriverais. En tout cas, pour les semaines à venir, je n'aurais pas trop d'efforts à faire, si elle acceptait cette offre pour partir en Syrie. Maintenant, j'étais certain que je lui plaisais aussi, à sa réaction après le tendre semi-baiser que je venais de lui faire. J'aurais pu tirer profit de la situation, mais je n'étais pas un prédateur et j'allais me comporter comme un humain, tout simplement.

À bien y penser, je n'étais pas certain que d'aller faire un tour chez la demoiselle soit le plus approprié. Nous serions seul, le soleil n'allait pas tarder à se coucher et, de ce que j'en déduisais, Quinn vivait sur le bord de la plage. Tout pour attisé d'avantage le désir que je tentais de laisser endormit, au plus profond de moi. "Repères de super-héros ein...!" Bon, elle était allé la chercher loin celle-là, mais j'avais explosé de rire en imaginant tout plein de tableaux de super-héros. Je me laissais aussi imaginer devenir SON héros. Les pizzas me semblaient être la meilleure idée. Pas que je n'avais pas confiance en ses talents cachés de cuisinière, mais j'avais très faim et c'était la rapidité qui l'emportait. "Vas pour les pizzas, mais puisque c'est ton idée, c'est toi qui paies." Je lui tira la langue avant de lui donner un petit coup d'épaule, gentiment. Bien sûr, je plaisantais et je n'avais aucun soucis à séparer l'addition en deux. Pour ce qui était du maillot de bain, mine de rien, si la température était vraiment chaude, je pouvais toujours me baigner en caleçon. Voir complètement nu. "Commençons par manger. Je suis AFFAMÉ! Ensuite, si la température le permet, peut-être que je te laisserai observé mon corps d'apolon, reluisant d'eau." Bon d'accord, j'en mettais beaucoup, mais c'était ce qu'elle voulait, après tout, qu'on se tourne autour et qu'on se tente, mutuellement. Ce matin, j'étais venu au boulot en marchant, ce qui tombait juste à point, considérant que Quinn était venue me rejoindre en voiture. J'entrai donc dans l'habitable et bouclai ma ceinture de sécurité. "Dis-moi. La durée de ton reportage, il sera de combien de temps?" Nous n'avions pas aborder cette facette du sujet et je me posais la question à présent.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 3:11



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Entendre Ezra éclater de rire était probablement le plus beau son que je pouvais entendre. C'était terriblement cliché de dire une chose pareil mais c'était incroyablement vrai. « Repaire de super-héros ein...!» Je faisais mine de me vanter d'avoir ce repaire à chez moi « Batman et moi on se connait bien... Spider man aussi il vient souvent à la maison mais le problème c'est qu'il met des toiles d'araignées partout... » Bien sûr, j'affirmais tout ça avec beaucoup d'aplomb et de sérieux. « Et donc j'ai une tenue aussi et c'est Brooke Davis qui s'en est chargée » Et comme j'étais convaincue qu'il ne me prenait pas au sérieux, je rajoutais toujours aussi sérieusement « Si t'es sage, je te la montrerai peut être... Tu verras si je suis pas une super-héros! » Et c'est seulement maintenant que je laissais un grand sourire apparaître sur mon visage.
La conversation s'était ensuite orientée vers le repas que nous allions partagé et on tombait d'accord pour les pizzas.« Vas pour les pizzas, mais puisque c'est ton idée, c'est toi qui paies. »Je répondais à son petit coup d'épaule par un coup de popotin. On aurait dit deux gosses à se chamailler comme ça. « ça me va... Et quand je reviendrai de mon reportage, tu me paieras le resto'... Je trouve ça très équitable... » Ah ah, j'étais pas du tout en train de tourner les choses à mon avantage.
On rejoignait ma voiture d'on j'ouvrais les portes à distance avant de le regarder par dessus la voiture alors que monsieur venait de se vanter quelque peu « Commençons par manger. Je suis AFFAMÉ! Ensuite, si la température le permet, peut-être que je te laisserai observé mon corps d'apolon, reluisant d'eau. » Je souriais en coin et saisissais l'occasion de le taquiner. « Ma piscine est chauffée... Et tu devrais te regarder plus attentivement, j'aurais plutôt dit le corps de Shrek... » Je laissais un rire échapper avant d'entrer à l'intérieur comme lui et de m'installer au volant. Ceinture de sécurité attachée, je démarrais avant de prendre la route de ma maison.
Alors que je prenais la direction de l'extérieur de la ville, Ezra me posais une question qui avait le don de me faire sourire longuement sans répondre tout de suite. Il me demandait la durée de mon reportage et alors qu'on s'arrêtait à un feu, je lui lançais un regard avant de sourire encore plus largement. Un sourire charmeur au plus au point. « Je te trouble vraiment je crois... Tu peux plus le nier... Parce que je te l'ai déjà dit... » Je prenais un malin plaisir à le voir réaliser qu'il posait une question à laquelle il aurait du connaître déjà la réponse. « En théorie 10 semaines... ça fait un peu long... » En réalité, même si j'étais contente à l'idée de faire ce reportage, malgré les risques, la durée me contrariait un peu. 10 longues semaines loin d'Ezra, moi qui m'était habituée à le voir régulièrement... Il allait me manquer, c'était certain.
Le trajet était agréable en discutant. On s'était arrêté pour acheter des pizzas sur la route, et Ezra ne m'avait pas laissé tout payer en parfait gentleman. On avait ensuite rejoint ma maison que j'étais contente de montrer à Ezra. Je me garais juste devant la grande villa, qui parfois pouvait en effet être trop grande pour moi toute seule. Mais j'y avais tout installé, y compris un studio pour développer mes photos quand j'utilisais de la vraie pellicule au lieu de cartes mémoire. Après avoir laissé les pizzas sur le comptoir, je faisais vite fais visiter à Ezra en commençant par l'étage « Y'a pas mal de chambre en haut... Y'a un balcon terrasse aussi, avec jacuzzi... Je précise, c'était déjà là quand j'ai acheté la maison mais je suis loin de m'en plaindre... » Qui se plaindrait d'un bain à bulle? Et bien sur une fois en haut, je continuais la visite. « Là, il y a ma chambre, mais je préfère pas te la montrer, ça te donnerai des idées... Bon ok!, vite fait! » J'ouvrais la porte avant de la refermer rapidement en le taquinant d'un regard. On redescendait sagement et je terminais la visite « Là tu as le salon avec la cuisine ouverte donc, tu avais déjà vu... Là, il y a une chambre d'ami mais Jamie s'en sert comme salle de jeu surtout. Ici, une salle de bain. Et derrière cette porte, il y a mon labo photo... » Je poussais la porte et le laissais entrer là où je laissais peu de gens entrer. Ezra ne le savait pas mais il était un petit privilégié pour avoir accès à cette pièce.
De retour dans la cuisine après la visite, on décidait de récupérer nos pizzas, des boissons et d'aller s'installer dehors. Il faisait encore bon et la piscine éclairée à la tombée de la nuit nous donnerait assez de lumière avec les autres petites lucioles de la terrasse quand le soleil serait couché. Je le laissais s'installer alors que j'ouvrais les cartons de pizza pour qu'on puisse passer à table. J'avais une faim de loup. « Bon appétit monsieur O'connord... » Je l'observais avec un petit air curieux alors que j'avalais une gorgée de soda. « O'connord... c'est irlandais ou quelque chose comme ça? » Bah quoi, j'essayais d'en apprendre encore un peu plus sur lui.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 4:09

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Je l'écoutais me parler de ses amis les super-héros et je ne pouvais que sourire. Elle semblait tellement sérieuse alors que ce qu'elle disait tournait complètement au ridicule. Pourtant, je lui trouvais un certain charme. La manière dont elle parlait, comme si elle se croyait vraiment dans ses histoires, c'était à croquer. Brooke Davis, la célèbre créatrice. Je savais qu'elle avait du talent, mais j'avais beaucoup de mal à croire cette histoire de costume de héros. "Pas vrai?! Pardonne-moi, mais j'ai beaucoup de mal à croire que tu caches chez toi un costume digne d'un film de super-héros." En même temps, si elle disait la vérité, elle allait probablement me montré, mais c'était impossible. Elle me racontait encore des histoires pour que je reste captivé. Ce n'était pas une nécessité, dès qu'elle ouvrait la bouche, plus rien autour de nous n'existais et j'étais tout ouïe.

J'étais d'accord pour les pizzas, et juste d'y penser, j'en salivais déjà. Je ris lorsqu'elle décréta que si elle payait le repas de ce soir, alors j'aurais tout intérêt à l'inviter au restaurant à son retour. C'était marché conclus. Ce serait avec le plus grand plaisir que je lui offrirait ce dîner en tête à tête, même si une fois de plus, nous respections uniquement les termes de notre amitié. J'en avait profiter pour la taquiner à propos de mon sublime corps, et sa réponse me pris au dépourvu. Un corps de Shrek. J'aurais presque pu être vexé si je n'avais pas été certain que Mademoiselle James pensais tout le contraire de ce qu'elle disait. J'avais bien vu la façon dont elle me regardait, ses agissements lorsque nous avions été coincés dans l'ascenseur. Je n'étais plus certain maintenant que c'était juste une diversion pour gagner la partie. Puis la façon dont elle avait touché mon torse, un peu plus tôt. Elle me désirait, et cette petite taquinerie n'était rien d'autre que son moyen de résister à l'envie de me sauter au cou.

Nous avions pris la route, direction la pizzéria, avant de se rendre au domicile de Quinn. Intrigué, j'avais demandé à Quinn combien de temps elle devrait partir loin de moi. Sa réponse me décrocha un petit rire niais. "Ah bon?" Si vraiment elle m'avait déjà mentionné la durée de son séjour, je ne m'en rappelais plus du tout. Effectivement, elle me perturbait. Dès qu'elle posait le regard sur moi, je me perdais dans ses yeux et voilà que j'en oubliais quelques détails. "Mais je n'ai jamais nié quoi que ce soit... Tu me trouble plus ce que tu ne peux l'imaginer." C'était vague, mais pas tant. Puis tant mieux si cela aiguisait sa curiosité. Dix semaines, c'était vachement long. Je préférais ne pas y songer pour le moment. En dix semaines, pleins de choses pouvaient arrivées. Elle était déjà tombée amoureuse, alors qu'elle était en reportage. Et si c'était à nouveau le cas? "Et tu tiendras le coup, tout ce temps là, loin de moi?" Je lui posais la question, mais c'était plutôt à moi que je la posais. Je n'étais clairement pas prêt à la laisser partir aussi longtemps, mais valait mieux que je me taise. Je n'allais pas me montré égoïste et j'allais passer ses envies avant les miennes.

Nous arrivâmes enfin devant la maison de la journaliste.  Encore, le mot était faible. C'était carrément une villa, presque un château. Cela me rappelait ma petite enfance, où nous vivions dans une maison aussi gigantesque que celle-ci. Et dire que maintenant, je vivais dans un petit 4 pièces et demi. Je ne me plaignait pas, j'étais très bien où j'étais, et je le serais encore d'avantage le jour où Emily reviendra vivre à la maison avec moi. Je laissai Quinn me faire la visite guidée, jusqu'à son labo photo. J'étais vraiment impression par l'installation et si la belle ne connaissait rien au fleurs, moi je n'y connaissais rien au développement de la photographie. De retour a la cuisine, j'aidai Quinn à transporter le repas sur la terrasse, où nous allions nous installer pour manger. L'odeur me faisait déjà saliver et je n'avais qu'une hâte; croquer à pleine dents dans la pâte fromagée. Elle me souhaita la bonne appétit, je lui rendis, puis entamai ma première pointe de pizza. Je fermai les yeux tout en déguster ce met si graisseux mais tellement appétissant. Heureusement que je n'avais pas trop à m'en faire pour mon physique. "Excellente question. En réalité, je n'ai jamais cherché à connaitre mes origines. Dans mon coeur, je suis un américain, pur et dur. Je me renseignerai, pour toi, à l'occasion." Je lui souris, accompagné d'un clin d'oeil, avant de mordre dans ma pizza. "Vous êtes beaucoup d'enfants chez toi? Tu m'as parler de ta soeur, Haley. Êtes-vous seulement deux?" Je la regardai quelques secondes, avant de jetai un coup d'oeil vers le couché de soleil.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Dim 10 Mai - 5:08



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Puisqu'il ne me croyait pas, alors il aurait le droit à une démonstration en temps voulu. Mais ce que j'avais retenu du trajet, c'était le fait que je le trouble plus que ce que je ne pouvais imaginer et ça me faisait plaisir d'entendre ça. Je me surprenais à tenir les choses aussi à distance alors que d'habitude je fonçais toujours tête baissée dans les histoires d'amour. Je ne négociais pas souvent avec mes sentiments, je les laissais prendre le dessus mais probablement encore refroidie par ma mésaventure avec Tom, je préférais aller plus doucement avec Ezra. Pourtant le petit jeu entre nous était déjà assez développer pour dire qu'il ne s'agissait plus seulement d'amitié entre nous.
Il y a juste une question à laquelle j'avais du faire face. « Et tu tiendras le coup, tout ce temps là, loin de moi? » Je souriais amusée à sa question et puisqu'on n'arrêtait pas de se taquiner de cette façon là, je répondais avec humour. « Je me dis surtout que ça me fera des vacances... » Mais je reprenais plus sérieusement dans la foulée. Je voulais qu'Ezra sache qu'en réalité, il me serait difficile de ne pas penser à lui une seule seconde. Je n'allais pas lui dire ça exactement, mais je voulais qu'il sache qu'il allait me manquer. « Plus sérieusement, je pense que je pourrais survivre, mais nos parties d'Hyppos Gloutons vont me manquer... » C'était une façon de dire avec humour et pudeur qu'il allait me manquer. Et je savais qu'il comprendrait.

Et puis une fois à la maison, installé devant les pizzas, on pouvait savourer notre repas en profitant de la douceur de la soirée. On parlait de son nom de famille et le mystère de l'origine de son nom resterait entier puisqu'il ne savait pas si ça avait des racines irlandaise. Il m'interrogeait alors sur ma famille et j'avais levé les yeux au ciel « Malheureux! Tu ne sais pas quelle question tu as posé!  » Et je me mettais à faire un récapitulatif de tous les membres de ma famille, donnant quelques anecdotes sur les uns et les autres, lui affirmant d'entrée qu'il n'allait pas rencontrer Taylor avant un moment. Je n'avais pas précisé que c'était parce que j'avais peur qu'elle me le pique, je m'étais contentée de dire qu'elle posait trop de problème xD. Et une fois toute l'énumération terminée, je le regardais avec un sourire amusé. « Si un jour tu dois rencontrer tout le monde, je te ferai des antisèches...  » Je souriais amusée et je n'étais pas gênée à l'idée qu'il puisse rencontrer un jour toute ma famille. J'osais me projeter comme un couple mais je faisais aussitôt marche arrière.
On terminait de dîner tranquillement en discutant et en se taquinant. Alors que les cartons étaient vide depuis une bonne heure et que le soleil nous avait dit au revoir, je jetais un coup d'oeil à la piscine. « Tu vas me montrer ton corps de Shrek ou tu te défiles pour la piscine?  »
Bien sur, Ezra ne refusait pas car monsieur n'était pas un dégonflé. Alors que je le prévenais que j'allais me changer et ramener des serviettes, je l'abandonnais sur la terrasse. Mais après avoir récupéré des serviettes, ce n'était pas mon maillot de bain que j'enfilais. En tout cas pas seulement lui. Puisqu'il ne m'avait pas crue, je trouvais l'occasion bien trouvée pour lui prouver que j'étais une super-héros. Et par dessus mon bikini, j'enfilais la super tenue que Brooke nous avait élaborée. Je riais encore en repensant à cette folle journée.
Je me dépêchais de revenir et ralentissais juste avant de sortir sur la terrasse. Je posais les serviettes sur une chaise à l'intérieur de la maison et sortait soudainement sur la terrasse, mains sur les hanches en position de super-héros.
« Alors comme ça on ne me croyait pas?  » Je lui lançais un regard charmeur depuis mon masque.

Super-Quinn!:
 

Je me rapprochais, tournait sur moi histoire de lui faire admirer le costume et pas que. Je souriais toute fière et prenant un air mystérieux.« J'ai le pouvoir d'être irrésistible... Donc pardonne-toi si tu te sens incapable de me résister... » Et voila, encore une petite pique de lancer à son attention.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Lun 11 Mai - 4:49

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Effectivement, je ne croyais pas trop à cette histoire de déguisement, j'avais la conviction que Quinn me cherchait simplement, mais j'en serais surement fixé très bientôt. En tout cas, une chose dont j'étais certain, c'était que si la belle acceptait de partir en Syrie, elle me manquerait terriblement. Dix semaines me paraitraient une éternité, considérant que nous nous étions beaucoup rapprochés et que nous passions énormément de temps ensemble. Que ce soit au Karen's Café, à la boutique, ou n'importe où ailleurs dans la ville. Ma vie serait bien triste sans son petit côté fofolle et imaginative. "C'est normal, t'es qu'une tricheuse." J'aimais bien l'embêter, mais je me remémorais notre dernière partie de jeu et je me disais que finalement... elle pouvait tricher autant qu'elle le voulait. Plus sérieusement, j'avais compris que c'était sa façon à elle de me dire que je lui manquerait et cela me décrocha un sourire sincère. Définitivement, je ne savais pas comment j'allais survivre dix semaines loin de Quinn.

Nous avions fait le tour de la maison, puis nous étions installés sur la terrasse. Je m'intéressais à la vie de la jeune femme, à sa famille. Alors je lui posai la question. Question à développement, puisqu'elle avait trois soeurs, sans compté les neveux et nièces. Elle n'était pas en bon terme avec l'une d'entre elle et je pouvais parfaitement comprendre la situation. "Je ne crois pas que ce sera nécessaire. J'ai très bonne mémoire, Miss James." Je lui adressai un clin d'oeil. Alors que le soleil nous avait quitté, et que nous avions terminés nos pizzas, Quinn me lança une pique qui me fit rigoler. "Avoues-le donc, que c'est ce que tu attends depuis que nous sommes arrivés." Bien sûr, je parlais du fait de me retrouver en caleçon, qu'elle puisse m'observer. Je me levai donc, retirant mes souliers et mes chaussures. Puis j'enlevai mon tee-shirt alors que Quinn me prévenait qu'elle allait chercher ce qu'il nous fallait. Retirant finalement mon jeans, je m'élançai puis sauta à l'eau. J'étais de dos, je regardais au loin, en me demandant pourquoi est-ce que la belle mettait autant de temps à revenir. Sa voix retentir alors derrière moi. Je me retournai et je n'en croyais pas mes yeux. "Wow..." J'avais chuchoté, et j'étais maintenant sans mots. C'était donc vrai toute cette histoire. Je ne m'en plaignait pas. Quinn était plus que désirable dans cette tenue en cuir. Avec le petit masque en plus qui lui donnait un air mystérieux. J'avançai tranquillement dans l'eau, en me rapprochant du bord de la piscine. "Je dois avoué que je suis épaté." Et pas que ça. En effet, elle était irrésistible, mais ça, ce n'était pas pour changer. Je n'étais pas sur si c'était le cuir qui me faisait cet effet, mais j'avais soudainement très chaud et je sentai les battements de mon coeur se quadruplés. C'est pour dire à quel point il battait rapidement. Je me glissai hors de l'eau, je savais que je ne pourrais plus tenir très longtemps ainsi. Je devais trouvé un moyen de rompre le charme. Je m'approchai dangereusement de Quinn, en restant dans le silence le plus total. Je posai mes mains sur ses hanches puis... Contre toute attente, je la soulevai dans les airs, la posant sur mon épaule et sauta de nouveau dans la piscine, avant qu'elle ne se dégage de mon emprise. "Tu croyais vraiment me faire craquer, n'est-ce pas?" Pourquoi ne pas en rajouter une couche de plus. À la prochaine tentation, je jetais l'éponge et je sautai la tête la première. Tant pis pour les conséquences.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Lun 11 Mai - 19:46



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



La réaction d'Ezra était à la hauteur de mes attentes. Je savais que la tenue que Brooke avait conçu était assez sexy. Le cuir forcément ajoutait un petit effet à la tenue et je voyais Ezra sortir de la piscine doucement. Je devais reconnaître que lui n'avait pas besoin d'une tenue de super héros pour me troubler. Et même si je faisais en sorte de ne pas montrer mon trouble, le voir approcher ne me laissait pas de marbre.
Je le voyais réduire presque à néant la distance entre nous alors que j'avais plongé mon regard dans ses yeux et ne le quittait plus depuis. C'était dingue l'effet qu'il pouvait avoir sur moi. Je tentais de rester immobile, pour ne pas traduire mon envie de m'approcher aussi. Ses mains venaient se poser sur mes hanches et j'y croyais vraiment. Je le voyais le baiser, celui que nous n'avions pas eu dans cette cage d'ascenseur au centre commercial. Je le voyais arriver maintenant mais au lieu de ça, je sentais son étreinte se resserrer.
Comme un vulgaire sac à patate, je me retrouvais hissée sur ses épaules et je laissais échapper un rire avant d'essayer de me débattre. Mais avant même de répondre à sa question je finissais dans l'eau avec lui et la super héroïne que j'étais se retrouvait trempée de la tête au pied. Je le regardais avec un faux air réprobateur alors que j'avais envie de rire. Je devais avouer qu'il avait bien réussi son coup. Mais j'allais me venger, c'était certain. D'ailleurs je l'éclaboussais quelque peu avant d'essayer d'avancer. Mes cuissardes gorgées d'eau semblaient peser une tonnes alors que j'utilisais le petit d'escalier pour sortir de la piscine.

« T'avais besoin de retourner dans la piscine parce que je te faisais trop d'effet, voila la vérité... » Je quittais mes cuissardes que je vidais comme des seaux d'eau. Mais puisqu'il avait voulu jouer à ce petit jeu, j'allais abattre ma dernière carte. Alors qu'il me regardait, j'accrochais son regard. Avec un sourire charmeur, j'entreprenais de me débarrasser de ma tenue de super héros. Sans le lâcher du regard je débouclais chaque mini ceinture avant de baisser la fermeture éclaire qui laissait apparaître le eau de mon bikini noir. « Tu n'as plus envie de rire? » Je continuais d'effeuiller ma tenue, retirant petit à petit chaque élément du costume avec le plus de lenteur possible et le plus de sensualité également. Je me retrouvais alors en bikini et retournais dans la piscine. Je descendais les marches alors que l'eau remontait le long de mes jambe. Je passais tout près de lui et souriais en coin. « Mes pouvoirs marchent aussi sans la tenue... » Je le frôlais avant de plonger dans l'eau et d'aller rejoindre le bord en face. Et d'un sourire ravageur j'espérais apporter le coup de grâce. « Et dire que nous sommes juste amis... »



© fiche:Mag'



Dernière édition par Quinn A. James le Mar 12 Mai - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Mar 12 Mai - 4:34

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
J'étais fier de mon coup de cochon, sincèrement. J'avais lu dans le regard de Quinn qu'elle y croyait, que cette fois ce serait la bonne. Que j'allais céder et enfin venir l'embrasser. Et moi, fier comme un pan, je l'avais soulevée avant de nous jeter à l'eau. C'était juste... indescriptible le sentiment de satisfaction que je pouvais éprouver à cet instant précis. J'avais le sourire fendue jusqu'aux oreilles, c'était magistrale. Elle m'arrosa et je fis de même en rigolant. Maintenant, elle n'aurait plus le choix de le retirer, du moment qu'elle ne se mettait pas à me bouder.

Quinn avait raison sur un point : résister devenait de plus en plus difficile et si je n'avais pas eu cette idée, de nous jeter à la piscine, probablement qu'à cet instant, elle n'aurait plus rien sur le dos... ou alors elle m'aurait jeté de chez elle pour avoir enfreint notre pacte d'amitié. Même si désormais, on se tournait clairement autour. "Peut-être... Qui sait?" Je lui adressai un clin d'oeil. La brunette comprenait bien qu'elle n'avait pas tort et en profita pour attiré mon regard. J'étais accouder sur le bord de la piscine, face à la jeune femme, alors qu'elle retirait lentement ses cuissardes. Je la fixais, alors que trèèèèèèès lentement, elle se départissait de sa sexy tenue d'héroïne. Je n'avais pas la bave aux coins des lèvres, mais c'était tout proche. Elle était déjà magnifique, habillée normalement, mais alors là... la voir se dandiner ainsi, de manière plus que provocatrice, c'était juste... Y'avais pas de mot juste. Bien sûr, le désir était bien présent, mais j'aurais pu simplement juste la prendre dans mes bras et la serrer contre mon corps que j'aurais été empreint d'une grande satisfaction. Certes, je ne riais pas, j'étais en pleine admiration devant cette beauté divine.

Une fois que Quinn fut en simple bikini, je la suivai du regard, l'admirant de la tête aux pieds, alors qu'elle me rejoignait dans l'eau. Si ses pouvoirs marchaient aussi sans tenue de cuir? On pouvait dire que la magie opérait. "Tu es cruelle. Vraiment cruelle." La brunette s'éloignait de moi, s'installant à l'autre extrémité de la piscine. Je me baissai dans l'eau, pour être plongé jusqu'au cou. L'eau était chaude, ce qui n'aidait en rien à la chaleur qui s’émanait de mon corps. Puis ce fut la goutte de trop. On était qu'amis? "Vraiment?" Je n'en étais pas certain. Je plongeai la tête sous l'eau pour la rejoindre et ressortis en face de la belle. Je passai mes mains sur mon visage pour enlever le surplus d'eau, avant de les posés sur le rebord, chaque côté de Quinn. Mon regard plongé dans le sien, j'étais si près d'elle, que je pouvais sentir son souffle sur ma peau. Mes yeux balayèrent ses lèvres, puis ses yeux, et sa bouche de nouveau. J'en avais envie, énormément. Venir l'embrasser doucement, avec plein de tendresse. Je n'avais que ça en tête depuis le tout premier baiser. J'avais toujours cette réticence, cette peur de la voir fuir à nouveau, mais c'était plus fort que moi. "Et puis tant pis." Une de mes mains resta collée sur le bord, tandis que l'autre se déplaçai jusqu'à sa nuque, avant qu'ENFIN, mes lèvres amorcent leur descente pour venir se poser délicatement sur celles de la journaliste, pour un baiser passionné. Je fermai les yeux, savourant ce court instant de pur bonheur. Mon coeur cognait fort dans ma poitrine que j'étais presque certain que Quinn pouvait aussi le sentir bondir à l'intérieur de moi.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Mar 12 Mai - 17:43



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Je n'avais pas pu m'empêcher d'afficher un grand sourire victorieux quand il me qualifiait de cruelle. Je devais avouer que j'étais particulièrement fière de moi et que j'espérais bien le faire craquer le premier. C'était devenue une bataille clairement déclarée entre nous. Et quand il me demandait si on était vraiment amis, je l'avais fixé assez longtemps avant de hausser les épaules, comme si je l'invitais à décider de l'avenir de cette amitié.
Je le voyais alors disparaître sous l'eau pour me rejoindre et je n'avais même pas essayé de m'échapper. Je le voyais ressortir juste devant moi et n'ayant plus tellement peur de ce que son regard pouvait provoquer chez moi, je le recherchais. Nous étions si proche que j'avais l'impression de pouvoir souffler sur les gouttes d'eau ruisselantes sur son torse. Je relevais les yeux vers lui alors que l'atmosphère était chargée d'une tension qu'on avait du mal à contenir. Mais finalement c'est lui qui craquait et finalement nous libérait.
Sa main dans mon cou, ses lèvres sur les miennes, j'aurais pu me laisser glisser dans l'eau si je ne m'étais pas accrochée à lui comme je venais de le faire. Je lui rendais son baiser, celui qu'on avait pas eu au centre commercial. Celui qu'on mourrait d'envie de partager depuis des semaines et que j'avais repoussé jusqu'à maintenant. je pensais que rester amis serait une solution mais dès que je nous avais décrété amis, j'avais commencé à le regretter.
Pas de fuite, pas d'excuse, pas de regret. J'allais plonger à nouveau la tête la première dans un nuage de sentiment mais je comptais bien prendre soin de ce qui pourrait exister entre nous. C'était bien trop précieux pour être négligé et abandonné à la première épreuve. Mon coeur cognait contre ma poitrine alors que je me serrais contre lui. Je n'avais plus envie de me détacher, j'avais eu trop souvent envie de me retrouver contre lui pour tout briser.
Au moment où nos lèvres se séparaient enfin, je me retrouvais presque à bout de souffle. Malgré moi, un sourire venait se poser sur mon visage et taquine jusqu'au bout, je le narguais

« Perdu... Tu as craqué... » Mais j'étais ravie qu'il ait cédé le premier. Je n'avais aucune idée d'où ça nous mènerait mais je n'avais pas envie d'élaborer de plans. ça semblait juste naturel de céder enfin à nos sentiments. « J'ai cru que tu craquerai jamais... Tu es trop résistant monsieur O'Connord... » Mais d'un autre côté il avait respecté ma volonté première d'une simple amitié et c'était tout à son honneur. Et d'ailleurs, je reconnaissais aussitôt mon erreur. « J'ai été bête de te vouloir seulement pour ami... » Je retrouvais son regard et lui offrais un vrai sourire, totalement conquise et sans attendre plus longtemps je retrouvais ses lèvres.



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Mar 12 Mai - 19:58

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Je l'avais fait. Finalement. J'avais cédé à la tentation et c'est fou ce que je pouvais me sentir bien. Mon hésitation n'avait duré que quelques secondes, mais le regard que me jetait la jeune femme, plus les petites piques lancées tout au long des dernières, me poussèrent à passer à l'acte. Alors je m'étais rapproché d'elle et je l'avais fais. J'avais déposé mes lèvres sur les siennes, d'abord délicatement avant de le transformer en un long baiser plein de passion. Ma main de quittais pas son cou, alors que la seconde venait se glisser doucement dans le bas de son dos, pour renforcé l'étreinte, avant que nos bouches ne se quittent. Je lui rendis son sourire, avec tout mon charme, alors qu'elle poussait la taquinerie. "Tu as raison... j'ai craqué, mais je ne suis pas perdant." Aucun de nous ne l'étais. Au contraire, je venais de gagner plus belle chose qui soit, en l’occurrence ; l'amour. Je ne regrettais pas d'avoir attendu, d'avoir joué la séduction, d'avoir respecter son besoin de prendre son temps en nous limitant à une simple amitié. Au fond de moi, j'avais gardé espoir que Quinn finirait par m'accorder toute sa confiance et qu'elle pourrait enfin se laisser aller. De mon côté, c'était la première fois en deux ans que je regardais vraiment une autre femme.

Je levai les yeux au ciel pendant quelques secondes, ayant une pensée pour Elisabeth. C'était forcément elle qui avait mis Quinn sur ma route. De la-haut, elle avait veillé sur nous, pour trouver une femme qui, certes, ne pourrait jamais la remplacer, mais qui serait son égale, dans nos coeurs à Emi et à moi. Reportant mon attention vers la belle, je vins déposé un baiser sur son front. "Ne dis pas ça. Tu avais besoin de temps et c'était parfaitement normal." Je ne connaissais pas les raisons de sa séparation avec Clay, mais je savais pour Tom et c'était suffisant pour que je comprennes sa peur de faire confiance à nouveau. S'en suivit d'un second baiser qui déclencha en moi cette myriade d'émotions. Je me sentais comme un adolescent qui rencontre l'amour pour la toute première fois. Mes bras autour de ses hanches, je ne voulais tout simplement pas que notre moment magique prenne fin. "J'aimerais que cet instant dure pour l'éternité." J'avais sifflé cette phrase entre plusieurs baisers, alors que mon coeur battait au rythme de tambours.

Maintenant que j'étais fixé ; je lui plaisais autant qu'elle me plaisait, je désirais profiter de chaque minutes en sa compagnie. Je savais que notre complicité serait plus forte qu'elle ne l'était déjà. Me dégageant, à contrecœur, j'allai caresser le bas de sa chevelure tombant dans son dos. "Alors... tu dois partir quand, pour ce reportage?" Je grimaçai intérieurement. Puisque nous n'avions pas su se résister, je ne savais pas trop comment je réussirais à m'en sortir, loin de Quinn, quand elle serait partie.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Mar 12 Mai - 21:08



I didn't mean to kiss you You didn't mean to fall in love
Ezra & Quinn

It doesn't matter what we do You make everything seem brighter I never knew I needed you Like a sad song needs a sea of lighters What is it I'm feeling? 'Cause I can't let it go If seeing is believing I already know I'm falling fast I hope this lasts 'Cause I'm falling hard for you I say "Let's take a chance" Take it while we can 'Cause I know you feel it too



Ezra était adorable comme à son habitude. Il ne me reprochait rien et peut être avait il raison, j'avais eu besoin de ce temps là avant de me jeter à l'eau. Mais quand même, j'avais conscience d'avoir été quelque peu girouette dans cette histoire là. Je comptais en tout cas rattrapé tout le temps "perdu" maintenant que j'avais laissé tombé les barrière. « J'aimerais que cet instant dure pour l'éternité. » Et c'était un sentiment partagé.« Moi aussi... » Sauf que forcément, ça amenait à penser aux jours à venir et je grimaçais légèrement quand il posait la question. « Trop tôt... Dans X jours... » Je me cachais dans ses bras comme si ça pouvait me faire esquiver le départ. Si j'étais déjà déchirée entre l'envie de rester près d'Ezra et l'envie de faire ce reportage, le fait de s'ouvrir enfin l'un à l'autre ne m'aidait pas à me sentir mieux. « A cause de toi, parce que t'as craqué, ça va être encore plus dure de rester 10 semaines là-bas... » Mon sourire trahissait bien sûr la plaisanterie. Je ne lui reprochais rien mais par contre, j'allais vraiment avoir du mal à trouver ces 10 semaines courtes en sachant qu'Ezra était juste là, à Tree Hill. « T'as intérêt à m'attendre... De toute façon Sonja aura pour mission d'assommer toute fille trop proche de toi... Je compte bien le lui demander... » Je souriais amusée avant de m'accrocher à lui et de lui voler un baiser à nouveau. « J'aurais aimé te mettre dans ma valise mais c'est trop risqué... Donc tu vas rester sagement ici... Et quand je reviendrai, tu regretteras que le reportage n'ait pas duré plus longtemps parce que je vais devenir collante, mais alors collante... »



© fiche:Mag'

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra] Mar 12 Mai - 23:12

c'est comme un coup qu'on recoit là. Pan! Dans le creux de l'estomac.

ft. quinn james


« i'll let you set the pace 'cause i'm not thinking straight »
Je redoutais déjà le départ de Quinn pour la Syrie et mon coeur se serra lorsqu'elle m'annonça partir dans moins de deux semaines. L'heure des aurevoirs arriveraient beaucoup trop rapidement, sans que nous ayons pu profiter assez de notre nouveau statut de couple. Enfin, c'était ce que nous étions, non? "En même temps, si j'avais résisté, j'aurais eu bien trop peur que ton coeur soit pris par un autre, à ton retour." Je lui adressais un petit sourire qui arrivait à cacher la tristesse que je ressentais juste à penser à tous ce qui pourrait se produire en dix semaines. Je ne voulais pas la perdre, que ce soit parce qu'elle aurait rencontré un autre homme ou parce qu'un malheur lui serait arrivé. "Je veux bien te rassuré en te disant que tu n'as pas de crainte à avoir, qu'il n'y a aucune chance que je te remplace, mais je te connais et je sais que tu aurais toujours une petite peur à cause de ton passé." Je serrai Quinn contre moi, pour appuyé mes dires. Je faisais référence à la tromperie de Tom, évidemment. Je lui rendis son baiser puis l'écouta me dire qu'elle aurait bien voulu m'emmener avec elle. J'étais tout souriant, je ressentais la même chose. J'aurais aimé pouvoir l'accompagnée, vivre dans la peau d'un journaliste pendant quelques semaines, pouvoir veiller sur elle. Hélas, c'était impossible. J'allais donc attendre son retour impatiemment. "Je te promets de rester bien sage." J'accotai ma tête sur la sienne, en fermant mes yeux doucement. Il n'y avait vraiment aucune chance pour qu'une autre femme prenne sa place lors de son absence.

SUJET CLOS

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra]

Revenir en haut Aller en bas

I'll let you set the pace 'cause I'm not thinking straight [Ezra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Wrath Of Athena :: Rp archivés-